THEATRE - « Des arbres à abattre » de Thomas Bernhardt

Le charme de la férocité  Abonné

Publié le 30/05/2012
1338366519351896_IMG_84623_HR.jpg

1338366519351896_IMG_84623_HR.jpg
Crédit photo : E. CARECCHIO

DANS LA PÉNOMBRE d’une maison, salle-à-manger, salon, un homme est assis dans un fauteuil. Il raconte. Il se raconte et se souvient. Une heure durant et l’on ne se lasse pas. Pourquoi  ? Parce que l’on est saisi par le ton de Thomas Bernhard, très bien rendu en français sous la plume de Bernard Kreiss. On est saisi par l’interprétation de Claude Duparfait, acteur excellent et également ici l’adaptateur et le metteur en scène de ce texte qui est au départ un « roman ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte