À Toulouse, « le Songe d’une nuit d’été »

L’accomplissement du merveilleux  Abonné

Publié le 03/04/2014
1396488346511101_IMG_126680_HR.jpg

1396488346511101_IMG_126680_HR.jpg
Crédit photo : P. GARAT

Spectacle

La lumière est le décor principal de cette production superbe de la pièce de Shakespeare donnée dans la belle traduction de Jean-Michel Déprats. La lumière ou plutôt les lumières de Michel Le Borgne, qui joue de la nuit étoilée, de la lune, des astres, du jeu d’un grand miroir qui occupe tout le fond de la scène complètement dégagée du Théâtre national de Toulouse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte