CINEMA - « A Touch of Sin », de Jia Zhang-Ke

La Chine qui saigne  Abonné

Publié le 12/12/2013
1386814662481320_IMG_118148_HR.jpg

1386814662481320_IMG_118148_HR.jpg
Crédit photo : XTREAM PICTURES

CONNU depuis une dizaine d’années en Occident grâce à ses films présentés dans les plus grands festivals (dont « Still Life », primé à Venise, et « 24 City », en compétition à Cannes en 2008), Jia Zhang-Ke a une vision sombre de son pays, nourrie entre autres par la fréquentation de Weibo, l’équivalent chinois de Twitter.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte