Musique, danse, comics, littérature...

Grandeurs et misères de la création  Abonné

Par
Publié le 27/02/2017
L-Divertissement

L-Divertissement

L-La danse

L-La danse

L-Supernormal

L-Supernormal

L-Les parapluies

L-Les parapluies

La chorégraphe Pina Bausch est au cœur de « Deux cigarettes dans le noir » (1), de Julien Dufresne Lamy (« Dans ma tête, je m’appelle Alice »). En route vers l’hôpital pour accoucher, une femme percute quelqu’un et ne prend pas le temps de s’arrêter. Lorsqu’elle apprend, de retour chez elle avec son bébé, que Pina Bausch est morte à Paris, elle est persuadée qu’elle a tué un génie. Elle se laisse alors happer par l’univers de la danseuse disparue et visionne inlassablement les films de ses ballets en allaitant son fils.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte