CLASSIQUE - « Le Crépuscule des Dieux », à l’Opéra du Rhin

Fin d’un Ring  Abonné

Publié le 07/03/2011
1299489526232593_IMG_55434_HR.jpg

1299489526232593_IMG_55434_HR.jpg
Crédit photo : A. KAISER

ON A SUIVI avec passion la tétralogie de « L’Anneau du Nibelung », de Richard Wagner, mise en scène à l’Opéra du Rhin par David McVicar, l’étoile de la mise en scène lyrique britannique. Depuis le plus excitant « Or du Rhin » que l’on ait vu, cette réalisation étalée sur cinq saisons, singulière par le fait qu’elle était initialement programmée avec des chefs différents pour chaque journée, n’a cessé d’être un merveilleux livre d’images.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte