THEATRE - « Adagio (Mitterrand, le secret, la mort) », d’Olivier Py

Fidèle et funèbre  Abonné

Publié le 23/03/2011
1311343764238608_IMG_56972_HR.jpg

1311343764238608_IMG_56972_HR.jpg
Crédit photo : AFP

C’EST TRÈS BEAU. Un superbe décor, grandiose et élégant. Des marches qui conduisent jusqu’à un mur immense de livres, un mur qui glissera imperceptiblement pour découvrir une forêt, allure des Landes ou de la Russie de Tchekhov, une forêt littéraire. À la fin, tout disparaîtra pour un trompe l’œil saisissant qui mènerait à l’au-delà… Ce dispositif, signé Pierre-André Weitz, comme les costumes et les maquillages, est impressionnant mais aussi très funèbre. L’impression qui domine, accentuée par les tons et les lumières de Bertrand Killy, est celle d’un mausolée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte