ARTS - Les expositions de l’été

D’un artiste l’autre  Abonné

Publié le 09/07/2012
1341796278363040_IMG_87530_HR.jpg

1341796278363040_IMG_87530_HR.jpg
Crédit photo : MUSÉE RODIN/CH. BARAJA

1341796276363008_IMG_87527_HR.jpg

1341796276363008_IMG_87527_HR.jpg
Crédit photo : DR

1341796276363009_IMG_87528_HR.jpg

1341796276363009_IMG_87528_HR.jpg
Crédit photo : DR

1341796274362675_IMG_87526_HR.jpg

1341796274362675_IMG_87526_HR.jpg
Crédit photo : RMN

1341796278363010_IMG_87529_HR.JPG

1341796278363010_IMG_87529_HR.JPG
Crédit photo : R. FELTKAMP

Paris : Rodin, la chair, le marbre

Rodin (1840-1917), avec le non finito, l’inachevé, laisse la trace de son travail, met en valeur le modelé et fait jouer la lumière. Dans le musée qui porte son nom, une cinquantaine de marbres, parmi les 400 répertoriés, et une dizaine de maquettes en terre cuite ou plâtre illustrent ce cheminement vers une vraie sensualité du matériau. Pour les premières pièces des années 1870, où il recherche la ressemblance avec un poli fini et un rendu de la matière réaliste, seul le socle est inachevé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte