CINEMA - Le festival de Cannes

Du grand spectacle au mélo intimiste  Abonné

Publié le 21/05/2013
1369098799433549_IMG_105227_HR.jpg

1369098799433549_IMG_105227_HR.jpg
Crédit photo : DR

1369098798433392_IMG_105226_HR.jpg

1369098798433392_IMG_105226_HR.jpg
Crédit photo : DR

1369098800433548_IMG_105228_HR.jpg

1369098800433548_IMG_105228_HR.jpg
Crédit photo : DR

1369098800433547_IMG_105229_HR.jpg

1369098800433547_IMG_105229_HR.jpg
Crédit photo : DR

« Gatsby le magnifique » : Fitzgerald en 3D

Peut-on reprocher à l’Australien Baz Luhrmann, flamboyant réalisateur de « Moulin rouge ! » et « Australia », d’avoir rêvé « son » Gatsby et de s’être donné les (grands) moyens de lui donner vie ? Peut-on lui reprocher d’avoir eu l’ambition de reconstituer le New York des années 1920, le « splendide mirage » évoqué par Scott Fitzgerald, en montrant l’opulence tout près des bas-fonds et de la plus grande pauvreté ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte