Visites en famille

Des robots et des animaux

Par
Renée Carton -
Publié le 08/04/2019
Enfants-Odontotactylus

Enfants-Odontotactylus
Crédit photo : MNHN/TIN-YAM CHAN

Enfants-Robots6.jpg

Enfants-Robots6.jpg
Crédit photo : AFP

« Tour de force muséographique », comme le souligne Bruno Maquart, président d'Universcience, plus d'une vingtaine de robots sont en action dans la nouvelle exposition permanente de la Cité des sciences (1), intitulée sobrement « Robots » (à partir de 11 ans). « Un panorama en mouvement » de la robotique moderne pour mieux comprendre ce que sont les robots, comment ils fonctionnent, à quoi ils servent et comment cohabiter avec eux.

Le premier robot mobile français, Job le Renard, date de 1953. Aujourd'hui, voici, présenté dans un film, Pyrène, robot humanoïde unique au monde utilisé par les chercheurs du LAAS-CNRS de Toulouse ; Pepper, qui invite les visiteurs à mimer des expressions et les décrypte avec un degré de certitude plus ou moins important ; ou Poppy, doté de « curiosité », qui explore son environnement et se fixe tout seul des missions. Tandis que, dans l'installation Trobo, conçue par le chorégraphe et plasticien Aurélien Bory, deux robots industriels tentent de mettre de l'ordre dans les lettres du mot robot.

Dans les profondeurs

Au Museum d'histoire naturelle (2), dans la Grande Galerie de l'Évolution, « Océan - Une plongée insolite » propose jusqu'au 20 janvier 2020 de s'immerger dans une biodiversité originale, des microscopiques organismes planctoniques à la faune des grandes profondeurs et des eaux glacées de l'océan Austral ; sans oublier des créatures pourvoyeuses de légendes comme le calmar géant ou le cœlacanthe.

Il y aurait dans l'océan de 1,7 à 2,3 millions d'espèces marines encore inconnues. C'est un réservoir de molécules prometteuses, comme l'antidouleur mille fois plus puissant que la morphine mis au point à partir du venin des cônes magiciens (le PriAlt), l'hémoglobine du sang de l'arénicole testé pour la conservation des greffons ou la plytoxine des coraux Palythoa active chez la souris contre le glioblastome.

Mais l'océan est en grand danger. Surexploitation, pollution..., l'exposition explique aussi ce que le visiteur peut faire à son échelle.

Le Parc zoologique de Paris (3) célèbre quant à lui le 5e anniversaire de sa réouverture au public avec un « Grand Week-End festif », les 12, 13 et 14 avril : entrée gratuite pour les moins de 13 ans, démonstrations d'escalade sur le grand rocher (et initiations), jeu-concours... Dans le bilan établi à cette occasion, le zoo (qui a légèrement baissé ses tarifs de 2014) se réjouit de la naissance, entre autres, de deux petits jaguars, de cinq addax et de 22 flamants roses, espèce très sensible au changement d'environnement.

Le PZP, qui s'efforce de défendre les espèces menacées, réunit quelque 1200 animaux, de 194 espèces différentes. En ce mois d'avril, c'est la diversité de la forêt tropicale amazonienne sur laquelle sont mis les projecteurs, autour d'un nouveau venu, le coati roux.

 

(1) www.cite-sciences.fr

(2) Tél. 01.40.79.56.01, www.mnhn.fr

(3) Tél. 0811.224.122, www.parczoologiquedeparis.fr

 

Renée Carton

Source : Le Quotidien du médecin: 9739