LIVRES - Romans historiques

Des destins toujours recommencés  Abonné

Publié le 29/05/2012
1338302685351579_IMG_84485_HR.jpg

1338302685351579_IMG_84485_HR.jpg

1338302683351250_IMG_84483_HR.jpg

1338302683351250_IMG_84483_HR.jpg

1338302688351576_IMG_84490_HR.jpg

1338302688351576_IMG_84490_HR.jpg

1338302689351577_IMG_84491_HR.jpg

1338302689351577_IMG_84491_HR.jpg

1338302685351580_IMG_84486_HR.jpg

1338302685351580_IMG_84486_HR.jpg

1338302687351574_IMG_84488_HR.jpg

1338302687351574_IMG_84488_HR.jpg

1338302684351578_IMG_84484_HR.jpg

1338302684351578_IMG_84484_HR.jpg

1338302686351581_IMG_84487_HR.jpg

1338302686351581_IMG_84487_HR.jpg

1338302688351575_IMG_84489_HR.jpg

1338302688351575_IMG_84489_HR.jpg

DANS « LES LYS POURPRES » (1), on découvre, sous la plume de Karin Hann, un portrait inédit de Catherine de Médicis, en femme intelligente, discrète et cultivée, qui a su déjouer tous les pièges de la cour de France. Des pièges d’autant plus tortueux qu’ils sont le fruit de la haine que se vouent la maîtresse du roi François Ier, Anne de Pisseleu, et la maîtresse de son époux, le futur Henri II, Diane de Poitiers. Des joutes d’alcôve qui se répercutent dans les chancelleries et dont Catherine est l’enjeu.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte