« Taxi Téhéran », « La Promesse d’une vie »

Comment faire voir un pays  Abonné

Publié le 16/04/2015
Jafar Panahi

Jafar Panahi
Crédit photo : DR

Russel Crowe

Russel Crowe
Crédit photo : UNIVERSAL/M. ROGERS

L’Iranien Jafar Panahi ne peut et ne veut rien faire d’autre que du cinéma. Mais, condamné en 2010 pour « propagande contre le régime », le réalisateur du « Cercle », en liberté sous caution, n’a pas le droit de réaliser ou d’écrire de films, de s’exprimer et de sortir de son pays, sous peine de 20 ans de prison par interdit bravé. Une menace qui ne l’empêche pas de tourner et de signer, avec « Taxi Téhéran », une œuvre cinématographique des plus convaincantes – récompensée par l’Ours d’or du festival de Berlin, que sa nièce est allée chercher à sa place.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte