THEATRE - « Demain il fera jour », d’Henry de Montherlant

Ciel tragique  Abonné

Publié le 16/05/2013
1368667086429383_IMG_104804_HR.jpg

1368667086429383_IMG_104804_HR.jpg
Crédit photo : MARCEL HARTMANN

DANS UN DÉCOR monumental de salon dont la haute fenêtre donne sur le Sacré-Cœur, au loin, cette pièce brève est d’essence tragique. On est en 1944. Le Débarquement a eu lieu. Le jeune Gillou (Loïc Mobihan) veut s’engager dans la Résistance. Son père (Michel Fau) prend ce désir avec superbe et ironie. La mère (Léa Drucker) a peur mais est fière. Au troisième acte, les parents attendent un fils qui ne reviendra pas. Un messager surgit à la toute fin et n’a même pas besoin de parler, tout le monde a compris.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte