À Paris, Sophie Ristelhueber

Cicatrices de guerre  Abonné

Publié le 02/06/2014
1401697841524688_IMG_130271_HR.jpg

1401697841524688_IMG_130271_HR.jpg
Crédit photo : DR

Photographie-Vidéographie

« Pères », le film (13’) qu’elle a réalisé à l’occasion du centenaire de la guerre de 14-18, montre ainsi dans une indicible émotion les cicatrices de la maison, comme autant de messages que nous ont laissés ceux qui l’occupèrent, dont son grand-oncle, mort au front en 1916, qui, dans ses lettres aux siens, disait beaucoup penser à eux dans cette maison.

L’œuvre baigne dans une musique d’une unique beauté romantique, emportée, que je vous laisse découvrir.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte