Nymphomane ou « colonelle »

Charlotte Gainsbourg, de l’intime à la farce  Abonné

Publié le 30/01/2014
1391076925492142_IMG_121112_HR.jpg

1391076925492142_IMG_121112_HR.jpg
Crédit photo : K. BARRY

Cinéma

Elle est loin la gamine de « l’Effrontée » (de Claude Miller). Près de trente ans, il est vrai. Charlotte Gainsbourg, on l’a vue grandir – mais pas vraiment changer – au fil de 40 et quelques films, signés de réalisateurs aussi différents que Rochant, Chéreau, Leconte, Iñárritu, Gondry, Haynes et Wim Wenders, sans oublier Yvan Attal, son compagnon, et bien sûr Lars von Trier.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte