CINEMA - « Une seconde femme », « les Femmes du bus 678 »

Celles par qui le monde change  Abonné

Publié le 13/06/2012
1339549850356641_IMG_85782_HR.jpg

1339549850356641_IMG_85782_HR.jpg
Crédit photo : DR

1339549850356616_IMG_85781_HR.jpg

1339549850356616_IMG_85781_HR.jpg
Crédit photo : DR

« J’AI TOUJOURS pensé que les femmes avaient des histoires plus fascinantes à raconter », dit Umut Dag, né en 1982 à Vienne de parents kurdes, à propos de son premier long métrage, « Une seconde femme ». Deux femmes, donc, la mère d’une famille turque immigrée en Autriche, très attachée aux traditions, et la jeune fille qu’elle choisit dans un village de Turquie pour, officiellement, épouser son fils. Pour l’aînée (Nihal G. Koldas), l’image que donne la famille, dans une société fermée à l’intérieur de la société autrichienne, est primordiale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte