Littératures d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Europe

Au carrefour des mondes extérieurs  Abonné

Publié le 26/05/2014
1401118481524248_IMG_130117_HR.jpg

1401118481524248_IMG_130117_HR.jpg

1401118489524254_IMG_130123_HR.jpg

1401118489524254_IMG_130123_HR.jpg

1401118486524252_IMG_130121_HR.jpg

1401118486524252_IMG_130121_HR.jpg

1401118485524251_IMG_130120_HR.jpg

1401118485524251_IMG_130120_HR.jpg

1401118483524249_IMG_130118_HR.jpg

1401118483524249_IMG_130118_HR.jpg

1401118487524253_IMG_130122_HR.jpg

1401118487524253_IMG_130122_HR.jpg

1401118477523584_IMG_130116_HR.jpg

1401118477523584_IMG_130116_HR.jpg

1401118484524250_IMG_130119_HR.jpg

1401118484524250_IMG_130119_HR.jpg

Le sujet de « Quels sont ces chevaux qui jettent leur ombre sur la mer ? » (1), d’Antonio Lobo Antunes, est un huis-clos : une femme se meurt avec à son chevet ses enfants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte