Deux expositions à Paris

Anselm Kiefer, l’art après le nazisme  Abonné

Publié le 07/01/2016
" Pour Paul Celan : fleur de cendre », 2006

" Pour Paul Celan : fleur de cendre », 2006
Crédit photo : CHARLES DUPRAT

Né en 1945 à Donaueschingen, dans le Bade-Wurtenberg, Anselm Kiefer explore le passé nazi et l’histoire de son pays avant de s’adonner à une quête spirituelle à travers la littérature et la philosophie. Dès la fin de ses études, il s’insurge contre l’amnésie collective de la société allemande. Il se présente à son diplôme vêtu du costume de la Wehrmacht de son père, faisant le salut nazi, et, dans ses toiles, au milieu de forêts, symboles mythiques de la société allemande. Le chemin central de ses paysages mène vers un horizon fantasmatique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte