CINEMA - « Le Grand Soir », de Benoît Delépine et Gustave Kervern

Anarchie douce  Abonné

Publié le 06/06/2012
1338945074353932_IMG_85191_HR.jpg

1338945074353932_IMG_85191_HR.jpg
Crédit photo : DR

QUI CROit encore, dans nos contrées supposées évoluées, au grand soir, celui où tout va basculer ? Pas même les réalisateurs, malgré ce que pourrait laisser croire « Groland », leur émission iconoclaste. « Notre idée est que c’est déjà à chacun de faire en soi la révolution », dit Benoît Delépine. C’est pourquoi le 5e film des cinéastes de « Louise-Michel » et de « Mammuth » n’est pas un appel à la révolte, ne veut pas donner envie aux jeunes de tout casser.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte