Live chat du « Quotidien »

Michèle Lenoir-Salfati (ANDPC) : « Le DPC est une obligation pour laquelle il n'y a pas de sanction directe »

Publié le 25/09/2019

Crédit photo : S. Toubon

Dysfonctionnements, sanction, retard de validation, qualité des formations, indemnisation… Pendant plus d’une heure, Michèle Lenoir-Salfati a répondu aux très nombreuses questions des lecteurs du « Quotidien » sur le développement professionnel continu (DPC) au cours d’un Live chat, mercredi 25 septembre 2019.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)