Une étude Lilloise précise les caractéristiques des patients

L’indice de masse corporelle, facteur indépendant de gravité du Covid-19 ?  Abonné

Par
Publié le 29/05/2020
Après les premières données publiées aux États-Unis, une série Lilloise vient confirmer que l’obésité, plus que les maladies cardiovasculaires et le diabète, augmente le risque de présenter une forme sévère de Covid-19, notamment d’être admis en réanimation.
Des bases physiopathologiques identifiées

Des bases physiopathologiques identifiées
Crédit photo : Phanie

Dès les premières publications chinoises puis italiennes, des groupes de sujets à risque de présenter des formes sévères, conduisant en réanimation de Covid-19 ont été identifiés, avec en corollaire une létalité plus importante. Les critères péjoratifs sont principalement l’âge et le sexe masculin, l’hypertension artérielle (HTA), les maladies cardiovasculaires et le diabète. Mais nous disposions jusqu’ici de peu de détails quant aux caractéristiques de ces patients (traitements reçus, type de diabète, complications diverses et indice de masse corporelle [IMC]).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte