L’immunothérapie avant la chirurgie est bénéfique  Abonné

Publié le 07/10/2019

Crédit photo : Phanie

L’étude de phase 3 KEYNOTE-522 a évalué l’administration néoadjuvante (pré-opératoire) d’une immunothérapie, le pembrolizumab (Keytruda, anti-PD-L1), associé à une chimiothérapie (paclitaxel-carboplatine suivis de cyclophosphamide-anthracycline), par rapport à cette même chimiothérapie seule (1). Une phase adjuvante, comparant après la chirurgie le pembrolizumab à un placebo, complétait l’essai. Au total, étaient incluses 1 174 patientes atteintes de cancer du sein triple négatif (récepteurs hormonaux et Her2 négatifs).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte