Une illustration des dysfonctionnements en cinq cas

Publié le 04/03/2019

Le film débute par le témoignage d’Alexandra B. qui, à l’âge de 20 ans en 2010, a présenté un AVC qui n’a été diagnostiqué que 36 heures après le début des signes, en raison d’une absence de disponibilité des IRM – réservées aux patients privés et ambulatoires dans la journée — et du manque d’expertise du radiologue de garde qui n’était pas formé aux IRM. Le Pr Marescaux a alerté dès cette époque sur les dysfonctionnements du service de neuroradiologie.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?