Réforme des retraites : l'UFML veut informer les médecins de « ce qui se trame »

Par
Marie Foult -
Publié le 19/02/2019
RETRAITE

RETRAITE
Crédit photo : PHANIE

Méfiance absolue autour de la réforme des retraites ! Une étude dévoilée ce mardi, menée par l'économiste libéral Frédéric Bizard pour l'UFML-Syndicat, énumère les  risques potentiels pour les médecins libéraux de la réforme Macron du système universel. 

Crainte majeure : la disparition (ou quasi) de la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF) et des régimes complémentaires, fondus au sein d'un régime universel financé sur les revenus jusqu'à 120 000 euros – soit trois plafonds annuels de la Sécurité sociale (PASS). Autres dommages collatéraux : l'avenir incertain de réserves de la CARMF (7 milliards) mais aussi des mécanismes de soutien aux praticiens (aide en cas de difficultés financières, de décès du conjoint, action sociale...). 

« Nous ne sommes pas contre un régime universel, mais pas à trois plafonds annuels de la Sécu et au détriment de nos régimes complémentaires. Nous sommes plutôt pour un seul plafond (40 000 euros) pour ne pas léser les plus bas revenus », a plaidé mardi le Dr Jérôme Marty, président de l'UFML-Syndicat. Le généraliste de Fronton redoute une « étatisation » du système de retraites, et un frein supplémentaire aux installations en libéral. « Si l'on crée encore plus de doute quant à la pérennité de l'exercice, il y aura encore plus de craintes à l'installation », résume-t-il.

Quand c'est flou…

Le syndicat entend mieux informer la profession sur « ce qui se trame » dans le projet de réforme du gouvernement, jugé encore « très flou ». « La réforme est méconnue des professionnels de santé. Et nous assistons à une concertation avec l’État qui a le chronomètre dans les mains plutôt qu’à une négociation », juge le Dr Marty. Le généraliste regrette dans ce contexte « le peu de prise de parole » des représentants officiels des libéraux. « On n'entend pas l'UNAPL (Union nationale des professions libérales) et les syndicats médicaux ne parlent que des réserves financières. » 

L'UFML-Syndicat écrira « une lettre ouverte à la ministre de la Santé », autour du rapport présenté ce jour, et appelle à créer un groupe de travail avec la CARMF « afin de définir des propositions alternatives ». L'objectif affiché est de conserver les régimes complémentaires afin de « protéger l’exercice libéral ».


Source : lequotidiendumedecin.fr