Le point de vue de Nicolas Gombault

Des prescripteurs de plus en plus contraints  Abonné

Publié le 03/01/2019
Gombault

Gombault
Crédit photo : DR

L’iatrogénie médicamenteuse constitue depuis longtemps l’une des causes de recherche de responsabilité des médecins, et notamment des médecins généralistes.

A titre d’exemple, on peut citer les prescriptions d’anticoagulants et d’AVK qui donnent lieu à des réclamations pour sur ou sous dosages, les complications des médicaments à marge thérapeutique étroite comme les morphiniques, les traitements par corticoïdes lorsqu’une surveillance de la fonction rénale n’a pas été réalisée, de rares mais terribles syndromes de Lyell...

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte