Le SNAMSPEN fait un « constat d’abandon »

Des médecins scolaires veulent sortir du giron de l’Éducation nationale

Publié le 10/12/2008
- Mis à jour le 10/12/2008
1276102441F_600x_20822_IMG_5541_1228969809390.jpg

1276102441F_600x_20822_IMG_5541_1228969809390.jpg
Crédit photo : S Toubon

« MÉDECIN SCOLAIRE aujourd’hui, médecin scolaire demain, luxe ou nécessité ? », vont s’interroger pendant deux jours les participants au colloque organisé à Bichat par le Syndicat national autonome des médecins de santé publique de l’Éducation nationale (SNAMSPEN). La question est toute rhétorique pour des praticiens que les pouvoirs publics placent depuis plusieurs années dans une situation paradoxale. « Nos compétences sont reconnues - et très reconnues - par la loi, explique le Dr Marie-Blandine Basalo, secrétaire générale du SNAMSPEN.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?