L'absence de solidarité mine l'UE

L'Europe au bord de l'explosion  Abonné

Par
Richard Liscia -
Publié le 03/04/2020
Le refus des Pays-Bas, de l'Allemagne et de la Finlande de renoncer à l'orthodoxie budgétaire et de mettre en place une mutualisation des dettes pour aider les pays les plus endettés comme l'Italie, l'Espagne, mais aussi la France, à lutter contre l'épidémie de coronavirus, risque de détruire la zone euro et l'Union européenne.
Macron en février à Bruxelles

Macron en février à Bruxelles
Crédit photo : AFP

La distance nécessaire entre les membres de l'Union lors de leurs conversations ne favorise sans doute pas la compréhension des points de vue et la bonne hiérarchisation des priorités. Berlin, La Haye et Helsinki ont évalué la requête des pays dits « du Sud » comme le simple prolongement d'une politique de dépense que n'ont jamais modérée les critères de Maastricht. On retrouve dans la position des pays dits « du Nord » la stricte discipline budgétaire qui leur a permis de dégager des excédents et en conséquence de les mettre au service de la lutte contre le virus.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte