Un exécutif harcelé en permanence

Le sort fait à Macron  Abonné

Par
Publié le 30/06/2020
Partis d'opposition, associations, mouvements divers et violents ne tiennent aucun compte des échéances électorales. Ils sont en guérilla permanente, prêts à transformer la moindre « révélation » en affaire d'État. Un président vaut ce qu'il vaut, mais, même si ses prédécesseurs, MM. Hollande et Sarkozy, ont subi eux aussi les tirs nourris de la haine, ils n'ont pas été pris à partie avec autant de persévérance.
Macron et Philippe face à la haine institutionnalisée

Macron et Philippe face à la haine institutionnalisée
Crédit photo : AFP

La République en marche a perdu les municipales. Ses adversaires devraient s'en féliciter. Mais non, ce qui compte, c'est de diffamer le président avec la vain espoir de contourner les règles démocratiques en judiciarisant à l'extrême le débat politique. Même dans l'affaire Fillon, où l'ancienne directrice du Parquet national financier a jeté un pavé dans la mare en déclarant, pour se dédire ensuite, qu'elle avait subi des pressions du parquet général, on cherche à discréditer M. Macron qui, au début de 2017, n'était que candidat et n'avait aucun pouvoir.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte