Les incertitudes empêchent une prévision raisonnable

Le monde d'après  Abonné

Par
Richard Liscia -
Publié le 19/05/2020
Nous avons eu droit, depuis deux mois, à tous les pronostics possibles et imaginables sur ce que sera la société française « après » la disparition du coronavirus. Le moindre des réalismes nous conduit cependant à penser qu'il continuera de circuler à bas bruit et que, en définitive, la seule certitude, c'est que nous devrons continuer à vivre avec lui.
Thomas Piketty (à droite) avec le prix Nobel d'économie, Joseph Stiglitz

Thomas Piketty (à droite) avec le prix Nobel d'économie, Joseph Stiglitz
Crédit photo : AFP

Ce qui implique la persistance des mesures de protection qui s'ajouteront à celles qui ont été mises en place depuis le 11 septembre, puis en 2015, en prévention du terrorisme. Comme l'a largement démontré le déconfinement, la « liberté » des individus, loin d'être recouvrée, se fera sous la forme de contraintes de toutes sortes. Ce qui semble démentir les théories de l'occasion historique permettant de bâtir une société différente, meilleure et plus égalitaire. Certes, dans l'enthousiasme de la reconstruction, les obligations de sécurité ne devraient pas peser excessivement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte