Candidatures pléthoriques, ambitions déçues ?

Là où est le vrai rapport de forces  Abonné

Par
Publié le 09/10/2020
On a beaucoup insisté sur la suite d'échecs de la République en marche aux municipales, aux sénatoriales, probablement aux régionales, sur les divisions du mouvement, où les défections se multiplient et, en même temps sur la triomphante percée des Verts, sur la résistance de la droite et la recherche d'unité de la gauche. Comme si la REM était déjà disqualifiée et que l'ascension du Rassemblement national n'était pas irrésistible.
Macron aux Mureaux le 2 octobre

Macron aux Mureaux le 2 octobre
Crédit photo : AFP

Un sondage Ifop-Fiducial pour le « Journal du Dimanche » et Sud Radio indiquait dimanche dernier que, au premier tour de la présidentielle de 2022, Marine Le Pen et Emmanuel Macron étaient les seuls à franchir la barre des 24 % des suffrages. Avec un avantage à Mme Le Pen qui, selon les candidatures des autres partis, parviendrait à 27 %, soit un point de plus que le président en exercice. Aucun des autres candidats cités ne dépasserait les 16 %. Jean-Luc Mélenchon, dans le cas d'une candidature unique de la gauche (Anne Hidalgo, 13, Yannick Jadot 13), obtiendrait 15 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte