Choix de stage en Ile-de-France : après l'imbroglio avec l'ARS, 267 internes changent de postes

Par
Sophie Martos -
Publié le 30/10/2019

Crédit photo : Phanie

La seconde procédure de choix de stage pour les internes de médecine générale a permis « une répartition plus en adéquation avec les besoins des services de pédiatrie » dans les hôpitaux de région parisienne, a annoncé mercredi l'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France.

« Leur répartition entre Paris, la petite et la grande couronne s'avère plus équilibrée », a estimé l'ARS, rappelant que « comme chaque semestre, des postes restent cependant vacants dans certains établissements, le nombre de postes ouverts étant réglementairement supérieur au nombre d'internes susceptibles de les choisir ».

Procédure d'urgence

Cette deuxième procédure avait été décidée en urgence après un incident portant atteinte à l'égalité de traitement entre les candidats. Le 21 octobre, l'ARS Ile-de-France a dû casser et relancer toute la procédure de choix de postes des 490 internes de médecine générale à 15 jours de leur prise de fonction, à cause de la mauvaise répartition initiale dans les services de pédiatrie de la région. Plus de 200 postes hospitaliers sont restés vacants, tous concentrés dans une dizaine de services de pédiatrie situés dans la petite et grande couronne d’Ile-de-France. Une situation qui avait conduit des chefs de service de pédiatrie à alerter sur un risque de crise sanitaire cet hiver en périphérie parisienne.

490 internes ont refait leur choix de stage et 182 ont choisi des services pédiatriques, soit 23 de plus que la première fois, selon l'ARS. Au total, 267 internes ont changé de stage. Comme décidé avec le SRP-IMG, syndicat représentatif parisien des internes de médecine générale, une prime exceptionnelle de 400 euros mensuels sera distribuée à chacun pendant six mois. Soit un montant total de 640 000 euros. 

Le lundi 28 octobre, 150 internes de médecine générale avaient bloqué la procédure de choix de postes toute la journée devant l'ARS pour réclamer une liste de postes avec une meilleure répartition des stages. Un compromis avait finalement été scellé en fin de journée. 

(Avec l'AFP)


Source : lequotidiendumedecin.fr