L’enseignement par simulation.

Une voie d’avenir  Abonné

Publié le 12/05/2014
1399858973520217_IMG_129034_HR.jpg

1399858973520217_IMG_129034_HR.jpg
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Le Pr Daniel Chevallier est un peu le fer de lance, en France, du recours à la simulation pour l’enseignement médical. « C’est quelque chose qui existe depuis plus de 20 ans aux États-Unis et qui va peu à peu devenir incontournable dans la formation de nos internes », souligne-t-il. Depuis 2011, il a lancé un programme pilote, intégrant la simulation comme méthode pédagogique, dans l’enseignement délivré aux internes d’urologie. « À terme, l’idée est que cela puisse être intégré dans la maquette nationale du DES d’urologie », précise le Pr Chevallier.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte