Le point de vue du Pr Brigitte Mauroy*

Supprimer le concours ne résoudra rien  Abonné

Publié le 13/09/2018
MAUROY

MAUROY
Crédit photo : DR

Je fais cours depuis près de 40 ans, en 1re année de médecine, dans des amphis surchargés, face à un public stressé et désabusé, qui ne peut s’adapter à l’anti-pédagogie qui lui est délivrée. Il fuira d’ailleurs les amphis dès la 3ème année…

Les grèves médicales, en 1986, qui annonçaient un effectif médical insuffisant en 2010, n’ont pas été entendues. Seul, Xavier Bertrand a commencé à desserrer le numerus clausus.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte