Pataquès sur la réforme du troisième cycle, le gouvernement se donne du temps

Par Christophe Gattuso
Publié le 31/08/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

Crédit photo : Crédit photo : S. TOUBON

Comment les médecins de demain seront-ils formés ? Quels diplômes suivront-ils et quelle sera la durée de leur internat, spécialité par spécialité ? La réflexion entamée depuis 2009 par les pouvoirs publics sur l’avenir du troisième cycle, et repoussée à plusieurs reprises, va se poursuivre dans les prochaines semaines, temporise le gouvernement. Les deux ministères (Santé et Enseignement supérieur) prennent en tout cas leurs distances avec un projet d’arrêté dévoilé par l’APM visant à réformer la liste des diplômes d’études spécialisées (DES).

Remise à plat

Le projet d’arrêté qui a fuité présente une liste d’une quarantaine de nouveaux DES d’une durée de 4 à 6 ans (notamment pour remplacer les actuels DESC). Selon ce document, la chirurgie générale disparaîtrait pour être remplacée par des DES de chirurgie maxillo-faciale, orthopédique, pédiatrique, plastique, thoracique, vasculaire, viscérale (6 ans)... La spécialité d’allergologie et immunologie clinique verrait le jour. Un DES spécifique serait ouvert en médecine d’urgence (d’une durée de 4 ans), tandis que l’internat de médecine générale verrait sa durée passer de 3 à 4 ans (ce que souhaitent les enseignants mais refusent les internes). Tous ces sujets, sur la table depuis de longs mois, sont l’objet d’intenses discussions au sein de la communauté hospitalo-universitaire.

Le Pr Schlemmer aux manettes

« Ce texte ne correspond pas au projet d’arrêté en cours de concertation avec l’ensemble des acteurs », affirment Marisol Touraine et Thierry Mandon, soucieux de rassurer les carabins et les internes.

« Les discussions durent depuis un certain temps mais l’arrêté est très loin d’être en voie de publication », confirme Sébastien Foucher, président de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF).

Le gouvernement a confié en juillet une mission au Pr Benoît Schlemmer. L’ancien doyen de Paris VII est chargé de finaliser la réforme de l’internat pour la rentrée universitaire 2017, en lien avec la nouvelle commission nationale des études de maïeutique, médicale, odontologique et pharmaceutique. Le Pr Schlemmer devra définir la liste des DES, leur durée, mais aussi plancher sur l’articulation entre l’internat et le post-internat (accès au clinicat ou assistanat). Le gouvernement souhaite donc se donner un peu de temps pour achever cette épineuse réforme.


Source : lequotidiendumedecin.fr