PACES, numerus clausus : les carabins lancent une concertation nationale

Par Sophie Martos
Publié le 30/08/2018
- Mis à jour le 15/07/2019
paces

paces
Crédit photo : S. Toubon

L'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) lance une grande concertation nationale sur l'entrée dans les études de santé. Prévue jusqu'au mois de novembre, cette campagne vise à élaborer une plateforme réunissant les propositions des étudiants dans le cadre de la réforme incluant la Première année commune aux études de santé (PACES) et le numerus clausus.

Courant septembre, le gouvernement présentera sa stratégie de transformation du système de santé dont l'un des axes porte justement sur la formation initiale et plus précisément sur l'avenir du numerus clausus. Des mesures législatives pourraient être annoncées dès le début de 2019, avait déclaré Edouard Philippe en février 2018. 

Lors de son élection, la présidente de l'ANEMF, Clara Bonnavion, a annoncé que la PACES serait l'un des dossiers prioritaires de son mandat. Ce concours reste « un vrai gâchis humain et on aimerait redonner du sens à cette première année commune aux études de santé », déclarait-elle en juillet au « Quotidien ».

Sondage et AG locales 

L'ANEMF souhaite être force de proposition. Dans le cadre de la concertation, elle réalisera un appel à contributions sous la forme d'un sondage diffusé nationalement et invitera les jeunes à participer à des « groupes de travail dématérialisés ». Des assemblées générales locales seront organisées au sein de chaque faculté de médecine pour débattre des réflexions évoquées.

En 2017 déjà, l'ANEMF avait réalisé une concertation nationale sur le second cycle des études. Elle avait formulé plusieurs propositions dont la suppression des épreuves classantes nationales (ECN) actuelles dont le gouvernement a annoncé début juillet la fin programmée.