Antoine Oudin, président de l'ANEMF

« L'état de tension psychologique des candidats passant les ECN n'est pas humain »

Par Sophie Martos
Publié le 29/06/2017
- Mis à jour le 29/06/2017
oudin

oudin
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

LE QUOTIDIEN : Quel est votre regard sur le cafouillage des ECNi  2017 ? Négligence des organisateurs ou favoritisme ?

ANTOINE OUDIN : L'événement des ECNi a été une catastrophe, une crise. Nous avons reçu des appels de détresse d’étudiants, cette situation n'est plus tolérable. C'est un concours qui définit leur choix de carrière, leur lieu de vie. Ils ont déjà subi une sélection et trois années de sacrifices pour préparer les ECN, sans activité extrascolaire et pour certains sans vie privée. 

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?