« La qualité a un coût », souligne la patronne d’une officine pour qui « la fac ne fait plus rien »  Abonné

Publié le 03/03/2014

Roxane Laurenty est à la tête d’Excosup, à Paris, SARL rachetée à ses parents il y a dix ans, et qui compte aujourd’hui 50 salariés. La directrice de l’écurie parisienne réfute la vision purement mercantile du système des prépas privées. « Toutes ne sont pas des usines, assure-t-elle. À Excosup, nous ne dépassons pas des groupes de 25 étudiants. Nos cours sont polycopiés et accessibles sur extranet et nos professeurs sont accessibles par mail. Nos enseignants ont un doctorat ou une agrégation dans leur matière (biologie, physique, chimie…).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte