Une plainte déposée et une enquête ouverte après le décès d'une enfant prise en charge à l'hôpital de Mulhouse

Par Marie Foult
Publié le 19/07/2019
- Mis à jour le 23/07/2019

Crédit photo : Phanie

La mère d'une fillette âgée d'un an a déposé plainte le 10 juillet dernier après le décès de son enfant. Cette dernière avait été prise en charge au centre hospitalier de Mulhouse avant d'être transférée à l'hôpital de Strasbourg où elle est décédée fin juin après un problème cardiaque. Une enquête est en cours sur d’éventuels manquements dans la prise en charge de l'enfant, a-t-on appris ce vendredi, selon « des sources concordantes ».

Le 27 juin, constatant que le cœur de sa fille battait « anormalement vite », la mère a appelé le 18 depuis son domicile de Dannemarie (Haut-Rhin). Le médecin régulateur l'a dirigée vers l'hôpital d'Altkirch (au sud de Mulhouse). L'hôpital local ne disposant pas d'un pédiatre, la mère et son enfant sont renvoyées vers le centre hospitalier de Mulhouse.

En sortant de l'hôpital d'Altkirch, la fillette se met à vomir. Le SAMU est appelé, mais n'arrive qu'au bout « de 20 à 25 minutes », sans médecin à bord. Aux urgences pédiatriques de Mulhouse, l'enfant est examinée « au bout d'une demi-heure ». Le diagnostic pointe « un problème d'asthme et une petite crise de vomissements », rapporte la mère.

Des temps d'attente « injustifiés » selon la famille 

Un médicament est donné à l'enfant, mais son état se dégrade rapidement, nécessitant son transfert en hélicoptère au CHU de Strasbourg, où elle décède dans la soirée. La mère a déposé une plainte le 10 juillet à la gendarmerie de Dannemarie, traitée par le parquet de Mulhouse. La brigade de recherches de la gendarmerie de Mulhouse est chargée de l'enquête.

Pour l'heure, seule une autopsie médicale a été pratiquée. Un médecin aurait évoqué « une suspicion de myocardite d'évolution foudroyante », indique l'avocat de la famille. Il exige « des explications sur les temps d'attente », qui semblent « injustifiés ».

« Tout le monde va être entendu pour comprendre le déroulement de cette histoire et déterminer s'il y a eu ou non dysfonctionnement lors de la prise en charge de l’enfant », a assuré de son côté la procureure de Mulhouse.

Avec AFP

Source : lequotidiendumedecin.fr