Un interne mis KO lors d’une garde de noël, son agresseur condamné à 10 mois ferme

Par
Stéphane Long -
Publié le 04/01/2019
hopital gonesse

hopital gonesse
Crédit photo : AFP

« Chers soignants, ne perdez pas espoir, il y a une justice. » Brutalisé pendant une garde à l’hôpital de Gonesse (Val-d’Oise), Nicolas Perolat a adressé ce message sur Twitter au lendemain de son agression. Dans la nuit du 25 au 26 décembre, vers 2 heures du matin, cet interne en médecine générale a été frappé au visage par le père d’un enfant venu en consultation au service des urgences pédiatriques. Il a été retrouvé par des infirmières, inconscient sur le sol, le visage ensanglanté.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)