Sarin : l'antidote trois-en-un  Abonné

Par
Publié le 11/06/2018

Les effets du gaz sarin sont connus depuis longtemps, avec à la fois des complications respiratoires par hypersécrétions des voies respiratoires, des troubles musculaires et de la conscience. D'où les trois versants du traitement : atropine, diazépam et un antidote de la famille des oximes, la pralidoxime. Ces trois substances sont mélangées dans des seringues prépréparées que les militaires portent sur eux et qu'ils peuvent s'auto-injecter en cas de suspicion d'attaque au gaz sarin.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte