Insultes racistes, violences : un médecin urgentiste témoigne  Abonné

Publié le 21/05/2013

Parfois, le Dr Jean-Pierre Rajaonarivony, chef du service des urgences de l’hôpital de Chauny (22 500 passages par an), a « l’impression de vivre dans un département viticole ». Sauf que Chauny se trouve dans l’Aisne. L’homme pratique le sarcasme pour masquer sa colère. Et encore, si seuls les patients alcoolisés se montraient belliqueux avec les urgentistes... Dans son service, les agressions « ont toujours existé », mais « les propos racistes sont de plus en plus réguliers », analyse ce médecin.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte