Guide explicatif, masques, compensation financière : Olivier Véran veut préparer la ville au Covid-19

Par
Loan Tranthimy -
Publié le 25/02/2020

Crédit photo : S. Toubon

Alors que le nombre de cas de contamination au Covid-19 évoluent rapidement à l'étranger (en France, deux nouveaux cas ont été annoncés ce mardi 25 février dans la soirée), notamment en Italie, le ministre de la Santé français a rappelé lors d'un point de presse la stratégie mise en place (plan Orsan) dans l'Hexagone pour « faire face à la menace épidémique » et « pour assurer la sécurité des Français ». Dans ce cadre, une réunion a eu lieu la semaine dernière avec les professionnels de santé de la ville et de l'hôpital. Pour les accompagner dans la prise en charge des patients suspects, un guide méthodologique à destination des professionnels de santé des trois secteurs (ville, hôpital, médico-social) a été mis en ligne par le ministère de la Santé où l'on trouve un chapitre consacré à la médecine de ville et aux soins ambulatoires.  

Olivier Véran s’est également engagé à « faire le nécessaire pour que les professionnels de santé puissent disposer de masque adapté à chaque situation dans un marché tendu ». Par ailleurs, il a tenu à assurer les soignants exposés à un malade. « S’il devait y avoir un professionnel de santé qui soit mis en quatorzaine après l'exposition avec un malade, la solidarité nationale jouerait son plein et il n’y aurait pas de perte financière pour le professionnel concerné », dit-il.

La ville pas prête  

Pour le Dr Luc Duquesnel, président des Généralistes-CSMF, la compensation financière n'est pas « la préoccupation première des libéraux ». « J'ai eu un patient qui rentrait de Venise avec la fièvre, un autre de Bucarest qui a été en contact avec des voyageurs chinois dans l'avion. Que doivent répondre nos secrétaires sur ces appels ? Quid des rendez-vous sur internet ? Comment protocoliser la prise en charge ? En plus nous n'avons toujours pas d'équipements nécessaires », dit-il.

Le généraliste de Mayenne regrette ne pas avoir été associé aux réunions organisées par l'ARS Pays-de-la-Loire. « Seuls le SAMU et les urgences étaient conviés. C'est pour vous dire que nous sommes au niveau zéro de l'organisation en ambulatoire, au même niveau que l'Italie qui pensait que le coronavirus ne concernait que la Chine. En ville, la France n'est pas du tout prête en ville ! », déplore le Dr Duquesnel.

 


Source : lequotidiendumedecin.fr