Un inhibiteur de PCSK9 réduirait le risque d'événements cardiovasculaires après un premier syndrome coronarien

Par
Publié le 09/11/2018

Les patients qui reçoivent de l'alirocumab (Praluent), un anticorps monoclonal de la classe des inhibiteurs de PCSK9, en complément des statines après avoir subi un syndrome coronarien aigu ont un meilleur pronostic que les patients n'en recevant pas. Telle est la conclusion de l'essai ODYSSEY OUTCOMES mené conjointement par l'AP-HP, l'université Paris Diderot/USPC et l'University of Colorado School of Medicine, publié dans le « New England Journal of Medicine ».

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)