Suicide du chirurgien d'Avicenne : Buzyn ne veut ni « conclusions hâtives », ni « instrumentalisation »

Par Martin Dumas Primbault
Publié le 05/02/2019
- Mis à jour le 15/07/2019
buzyn

buzyn
Crédit photo : S. Toubon

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a réagi ce mardi matin au suicide du Pr Christophe Barrat, chirurgien bariatrique de 57 ans, qui s'est défenestré dimanche 3 février sur son lieu de travail, à l'hôpital Avicenne (Assistance publique - Hôpitaux de Paris), à Bobigny (Seine-Saint-Denis).

« C’est dramatique, mes premières pensées vont à sa famille et à toutes les équipes de l’hôpital d’Avicenne qui doivent être très bouleversées par tout cela. Je suis vraiment sincèrement avec eux », a indiqué la ministre, interrogée en marge de l'inauguration des nouveaux locaux de la Fédération nationale des établissements d'hospitalisation à domicile, à Paris. Agnès Buzyn a également insisté sur le risque d'« instrumentalisation » du suicide du médecin et a appelé à la prudence.

Prudence

« Ne nous précipitons pas sur une explication aujourd’hui. Une enquête est en cours. Je veux que l’enquête ait lieu en toute sérénité, sans instrumentalisation. On tirera les conséquences de ce qui aura été découvert par cette enquête interne. Je n’ai évidemment pas d’opinion. La seule chose [importante] pour moi, c’est d’éviter que de tels drames se reproduisent. On a eu l’histoire de Monsieur Jean-Louis Mégnien il y a quelques années, j’ai également vécu dans ma vie professionnelle des éléments très douloureux de ce type-là. Je pense qu’il faut qu’on évite aujourd’hui de tirer des conclusions hâtives sur [l'aspect] professionnel [ou] personnel. Cela peut choquer sa famille et les soignants qui l’accompagnent que certains tirent des conclusions trop hâtives. Prudence. » 


Source : lequotidiendumedecin.fr