Logique marchande, activités non valorisées

Les angles morts de la T2A épinglés   Abonné

Par
Publié le 12/03/2020
À l'occasion de la projection d'un documentaire sur la tarification à l'activité (T2A), des médecins ont discuté des effets pervers de ce mode de financement qui ne reconnaît en rien le « travail invisible » des hospitaliers. 
La T2A ne finance pas le temps passé au lit du patient

La T2A ne finance pas le temps passé au lit du patient
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Instaurée à l'hôpital public en 2004 par souci d'efficience en lieu et place d'une dotation globale, la tarification à l'activité (T2A) constitue 63 % des ressources des établissements publics. 

Mais ce mode de financement prend-il en compte tous les aspects du travail des soignants ? Alors que le gouvernement entend plafonner la T2A à 50 % du budget des hôpitaux afin de privilégier la qualité et la pertinence des soins plutôt que le volume d'activité, la chercheuse Marie-Astrid Le Theule apporte une réponse pour le moins critique à cette question.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte