L’hôpital en question

PH : travailler plus pour gagner moins  Abonné

Publié le 28/06/2018

Les gynécologues obstétriciens partagent avec l’ensemble des médecins hospitaliers un manque de reconnaissance, et, selon les mots de la Dr Anne Wernet, vice-présidente du syndicat des praticiens anesthésistes (le SNPHARe), « une intensification du travail, en même temps qu’une perte de pouvoir et d’autonomie » (QDM du 3 avril 2018).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte