Courrier des lecteurs

Petites maternités : une question de compétences

Publié le 04/02/2019

On ne fait bien que ce qu'on fait souvent. Au fil des années, les praticiens, obstétriciens, sages-femmes, infirmières et infirmiers, aides-soignants, pédiatres, exerçant exclusivement dans des maternités à bas risque (niveau I) effectuant peu d'accouchements, perdent en compétence vis-à-vis de la prise en charge d'événements graves.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?