Dans les coulisses du berceau français de l'ophtalmologie

À Paris, l'hôpital des Quinze-Vingts arc-bouté contre l'épidémie

Par
Martin Dumas Primbault -
Publié le 07/05/2020

Fabrication de collyres en pharmacie, maintien des urgences, création ex nihilo d'une unité de post-réanimation pour les patients contaminés… Le centre hospitalier national d'ophtalmologie (CHNO) parisien des Quinze-Vingts fait feu de tout bois contre le coronavirus. Mais le renoncement aux soins hors Covid inquiète les professionnels et la direction ignore quand pourra reprendre une activité normale. Reportage.

Le confinement a occasionné un effondrement de l'activité dans cet hôpital fondé par Saint-Louis

Le confinement a occasionné un effondrement de l'activité dans cet hôpital fondé par Saint-Louis
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Postés devant les portes coulissantes de l'accueil de l'hôpital des Quinze-Vingts, deux employés distribuent masques et gel hydroalcoolique à qui veut entrer. Ici la règle est la même pour tous, patients comme soignants : interdiction de pénétrer dans les lieux sans protection. Et pour cause : bien que spécialisé en ophtalmologie, l'établissement du douzième arrondissement parisien bande ses muscles pour faire face à l'épidémie de coronavirus.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)