Menacée de fermeture, la maternité des Lilas toujours dans l’incertitude

Publié le 04/06/2014
1401887975527525_IMG_131037_HR.jpg

1401887975527525_IMG_131037_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Le collectif de défense de la maternité des Lilas (Seine-Saint-Denis) est toujours dans l’incertitude quant à l’avenir de cet établissement emblématique, pionnier de l’accouchement sans douleur et du droit des femmes à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

En juin 2013, l’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France avait fait le choix de suspendre le projet de reconstruction des locaux, vétustes, privilégiant la piste d’un transfert de l’activité médicale et des équipes dans le centre hospitalier intercommunal de Montreuil, ville voisine.

Sans trancher nettement, le Pr René Frydman, chargé par l’ARS d’un rapport sur le sujet, s’est également prononcé en faveur du projet privilégié par l’ARS mais refusé en bloc par le personnel médical de la maternité.

Bras de fer

Lors d’un point presse ce mercredi, le Dr Marie-Laure Brival, chef du service gynécologie-obstétrique de l’établissement et porte-drapeau de la contestation au projet de déménagement, a déploré « l’incertitude dans laquelle les décisions incohérentes de l’ARS jettent les personnels de la maternité ».

« Depuis la lettre de Claude Evin [directeur général de l’ARS, NDLR] de juin 2013, nous n’avons eu aucun échange avec l’ARS. Dans son esprit, le déménagement est acté. C’est ça ou rien. Mais nous n’avons eu vent d’aucune date », poursuit le médecin, décidée à continuer le bras de fer engagé depuis près de cinq ans.

La maternité des Lilas bénéficie du soutien de plusieurs parlementaires franciliens communistes.

Laurence Cohen, sénatrice (CRC) du Val-de-Marne, Marie-George Buffet, députée (GDR) de Seine-Saint-Denis, et Eliane Assassi, sénatrice (CRC) de Seine-Saint-Denis, adresseront dans les prochains jours un courrier aux parlementaires et élus locaux concernés pour les sensibiliser à la situation de l’établissement et leur demander de « s’engager en faveur des Lilas aux Lilas ».

A. B.-I.

Source : lequotidiendumedecin.fr