Accompagnement de la fin de vie

L’HAD, un outil en or qui devrait s’ouvrir à un public plus diversifié  Abonné

Publié le 12/02/2015
1423707119585624_IMG_147446_HR.jpg

1423707119585624_IMG_147446_HR.jpg
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Comment meurt-on dans le cadre d’une hospitalisation à domicile (HAD) ? L’ONFV a mené l’enquête auprès des 311 services d’HAD existant en France (92 ont répondu). En moyenne, chaque structure a renseigné 77 décès par an. C’est 65 personnes qui meurent quotidiennement en HAD, dont 95 % de façon non soudaine, après un temps de fin de vie. Les soins palliatifs, qui représentent un quart de son activité, sont donc au cœur de l’HAD.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte