Cotisations pour la retraite, primes

Les praticiens attachés à temps partiel s’estiment lésés  Abonné

Publié le 07/11/2013

« NOUS SOMMES coincés dans une voie de garage qui arrange tout le monde. Nous ne sommes pas payés cher, et nous travaillons bien ». La présidente du SYNPAH, le Syndicat national des praticiens attachés hospitaliers, a décidé de monter au créneau. Courriers à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), rencontres avec des parlementaires... Claudine Azoulay veut mettre un terme aux discriminations qui, à ses yeux, confinent les attachés dans une sous catégorie de médecins.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte